Fiche pratique
|
Vie privée

Comment se protéger de la mémoire d’Internet ?

L’oubli est une composante essentielle de la mémoire. C’est parce que l’être humain est doté de la capacité d’oublier qu’il peut hiérarchiser ses expériences et aller de l’avant. Le fonctionnement d’Internet nous oblige à raisonner différemment et nous prémunir contre les risques d’une mémoire infinie et universelle. Alors, comment s’en protéger ?

03 min
9 novembre 2020
Comment se protéger de la mémoire d’Internet ?

Internet et les moteurs de recherche n’oublient pas !

Les moteurs de recherche comme Google collectent automatiquement toutes les informations publiques publiées sur le web. Les résultats d’une recherche ne sont pas seulement classés par ordre chronologique : ceux qui apparaissent en premier peuvent donc être de très vieux contenus, comme un blog depuis longtemps abandonné ou un article obsolète. Ce que vous publiez aujourd’hui ne sera peut-être plus pertinent demain. Ce dont vous êtes fier à 15 ou 20 ans peut vous décrédibiliser à 40. 

Lorsque vous publiez une information, vous n’êtes jamais certain de pouvoir la retirer d’Internet. En effet, il est parfois très difficile de retirer un commentaire publié sous un article de presse, d’enlever son nom d’une pétition en ligne que l’on a signée, votre publication peut par ailleurs avoir été copiée par quelqu’un que vous ne pouvez pas contacter ou qui n’acceptera pas de la retirer.

Maîtriser sa première page de résultats

La première page des résultats obtenue lorsque l’on tape votre nom correspond à votre vitrine sur Internet. Il est important de s’assurer qu’elle ne contient pas de contenus négatifs ou de données privées sur vous. Il est donc recommandé de taper son nom régulièrement sur les principaux moteurs de recherche.

Tout texte contenant votre nom publié sur Internet peut être indexé par les moteurs de recherche et potentiellement se retrouver en première page. Mieux vaut donc bien réfléchir avant d’associer son nom à un contenu : 

  • Utiliser un pseudonyme est recommandé notamment pour ceux qui souhaitent publier des avis politiques ou des revendications sociétales. Cela permet d’assumer vos propos sans mettre en péril votre image ou celle de vos proches.

  • Le plus sûr reste encore de publier le moins d’information possible. Les comptes de réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, ...) peuvent être paramétrés pour n’être accessibles que par vos amis ou followers.

Il ne faut en revanche pas hésiter à publier du contenu pertinent, notamment au regard de vos expériences et de votre formation. Les réseaux sociaux professionnels (LinkedIn et Viadeo) remontent ainsi très souvent sur la première page des résultats. Il en va de même d’un blog qui porterait votre nom (attention à ce que vous y publiez). Maîtriser sa première page, c’est donc publier des contenus soigneusement réfléchis, sur des sites Internet bien référencés.

En cas de contenus indésirables vous concernant 

Si des contenus ont été publiés et vous posent problème, vous pouvez contacter l’auteur du contenu pour lui demander de les retirer. Dans un deuxième temps vous pouvez solliciter le moteur de recherche.

Depuis 2014, les autorités européennes ont institué un droit au déréférencement (improprement appelé “droit à l’oubli”), qui s’applique aux moteurs de recherche. En effet un arrêt de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) du 13 mai 2014 vous permet de :

  • demander la suppression de ces informations au site d’origine ;

  • demander que ces informations ne soient plus référencées par les moteurs de recherche grâce aux formulaires dédiés.

Ce droit impose au moteur de recherche d’étudier toutes les demandes, mais pas de toutes les accepter. En cas d’acceptation, le lien problématique n’apparaît plus sur Google ; c’est un dernier recours si vous n’avez pas ou plus la main sur le contenu qui a été publié.

Sur le même sujet