Fiche pratique
|
Usages numériques

Comment réduire mon empreinte écologique sur Internet ?

Nous sommes tous équipés d'ordinateurs et de smartphones. Pourtant, nous sous-estimons encore l’impact environnemental de leur production et de leur utilisation. Car si le numérique a complètement bouleversé nos vies, nos façons de transmettre l’information, de travailler, il n’est pourtant pas sans impact sur l’environnement et émet une pollution loin d'être virtuelle. Dès lors, comment tendre vers une consommation numérique plus responsable ?

04 min
9 novembre 2020
Comment réduire mon empreinte écologique sur Internet ?

Internet : un coût écologique élevé !

Sur les 7,5 milliards d'individus qui peuplent la planète, plus de 4 milliards utilisent quotidiennement Internet. Envoyer un mail, regarder un film en streaming, faire une recherche sur Google ou stocker un document sur le cloud… Autant d’activités qui semblent être anodines sur le plan environnemental. Pourtant, à l’échelle du globe, ces petits gestes ont un impact considérable. Environ 4 % des émissions de gaz à effet de serre sont liées à l'activité numérique. Cette pollution a même dépassé celle provoquée par le transport aérien ! 

Le secteur numérique génère plusieurs types de pollution. D'après l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), 47 % des émissions de gaz à effet de serre émises par le numérique sont dues à la fabrication des équipements informatiques (comme les ordinateurs ou les smartphones). Il existe un autre type de pollution, celle engendrée par notre usage quotidien d’Internet et par le stockage des données dans des datas centers. Par exemple, en 2018, les vidéos en ligne ont émis 300 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent de l’empreinte carbone annuelle d’un pays européen. Pas étonnant lorsque l’on connaît le trajet parcouru par une vidéo en ligne ! De son stockage dans les data centers, aux réseaux et serveurs qui les acheminent jusqu’à nos box personnelles, la quantité d’électricité utilisée est considérable.

Le saviez-vous ?

Bien qu’invisibles et impalpables, les données qu’on échange sur Internet sont traitées et stockées dans d’immenses centres de données partout dans le monde. Ces derniers sont alimentés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 afin de transmettre vidéos, podcasts, musiques, messages et tout ce qu’offre Internet à nos téléphones, ordinateurs et autres appareils connectés.

Comment réduire son empreinte écologique numérique ? 

Fournisseurs et distributeurs d'énergie ainsi que géants du Web sont conscients de ces problématiques et tentent de participer à la transition énergétique. Mais nous pouvons aussi agir à l’échelle individuelle. 

Voici quelques conseils simples à appliquer pour avoir une consommation plus sobre sur Internet : 

1. Gardez vos ordinateurs et équipements numériques plus longtemps 

Contrairement aux idées reçues, c’est la fabrication de ces équipements qui pèse le plus dans l’empreinte environnementale d’Internet au niveau global, c’est pourquoi il est conseillé de les réparer ou de les reconditionner plutôt que d’en racheter des neufs lorsque leur obsolescence se fait sentir.

2. Éteignez vos appareils inutilisés

Lorsque vous n'utilisez pas vos appareils pendant une longue période, éteignez-les et débranchez-les. Des appareils branchés, même éteints, continuent de consommer. De tous les appareils numériques, la box Internet est celui qui utilise le plus d'énergie : elle consomme six fois plus qu'un téléviseur. Vous pouvez aussi désactiver le Bluetooth et le wi-fi de vos appareils lorsque vous ne vous en servez pas. 

3. Baissez la luminosité de votre écran

Selon le responsable de la gestion d’énergie de la faculté de droit de Harvard, diminuer la luminosité de son moniteur de 100 % à 70 % permet d’économiser jusqu’à 20 % de sa consommation en énergie. Cela permettra en plus de limiter votre fatigue oculaire.

4. Activez la protection contre le pistage de vos données

Les services qui pistent les données engloutissent une quantité d’informations gigantesque. Grâce à la protection renforcée contre le pistage, vous bloquez le transfert de ces données, ce qui signifie que vous consommez moins d’énergie. 

5. Évitez la surconsommation de streaming

Le transfert de données en temps réel pour des vidéos, souvent visionnées en haute définition, est aujourd’hui l’un des plus gros consommateurs d’énergie liée à notre utilisation d’Internet. Vous pouvez également bloquer la lecture automatique des vidéos. Aussi, plusieurs plateformes de VOD (video on demand) proposent de télécharger les vidéos en avance avant de les regarder.

6. Limiter les allers-retours avec les serveurs des moteurs de recherche

Tapez directement l’adresse d’un site, utilisez l’historique de vos consultations et faites des favoris dans vos navigateurs pour les URLs que vous visitez régulièrement.

7. Soyez raisonnables avec le cloud et le stockage en ligne

Chaque photo ou donnée que vous stockez en ligne doit être en permanence préservée sur un serveur qu’il faut alimenter en énergie, et à chaque fois que vous souhaitez accéder à cette donnée il faut échanger des données avec ce serveur ce qui consomme encore de l’énergie. C’est pourquoi il est conseillé de stocker vos fichiers sur des supports comme les disques durs.

8. Apprenez à mieux gérer vos emails

Envoyez moins de mails et limitez le nombre de destinataires ; écrivez au format texte plutôt que HTML (12 fois moins lourd et donc moins consommateur d’énergie) ; évitez les pièces-jointes et les signatures de mail, notamment les images ; désabonnez-vous des newsletters que vous ne lisez plus. Des outils comme Cleanfox peuvent vous permettre de scanner vos abonnements. À vous de décider ensuite si vous voulez vous désabonner.

9. Compensez votre empreinte carbone numérique

En vous tournant vers des moteurs de recherche plus respectueux de leur empreinte écologique, comme Lilo ou Ecosia.